Ardente Patience

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Ce samedi 19 octobre 2013

penny for your thought

Je n'étais pas ce genre de femme dont on devient fou. Je suis folle, pourtant.
Qu'un homme passe sa vie à me prendre, et à connaître le moindre millimètre de ma peau. Que nos regards soient le baromètre des saisons, et chaque seconde la force grandie de notre lien.
Mais tu rêves, vas-t'coucher. Je ne rêve point, je ne sens, même, plus rien.

Ce samedi 14 septembre 2013

She's the one

Who?
Nevermind.
There is no one left inside of me. Everything makes sense without me. I'm a child of lightness but I can't feel anything but still nothingness. I am rotting. I pretend I'm living, but nothing goes on inside but this breath that is not even mine. That is all that is animating me, but it is very low, weakening. Nothing moves me, except my son, but I'm a half dead mother. Yes, this is the ordinary truth. Nothing to understand. Nothing to share. I only feel shadows of love.

Ce mardi 13 novembre 2012

State of the art

- Because I love my wife do you think I won't ask her to sit on my face for breakfast?
- Since I met my wife, I can't concentrate on nothing else.
- Before her, desire was fear.
- We're sixteen years old when we kiss and I can caress her forever.
- Go get a life, now.

Ce mardi 23 octobre 2012

Quoi

J'essaye de me rappeler si j'ai bien rapporté de l'ancienne piaule mes quatre précieux 45 tours de Soul américaine. Quatre disques fort rares, et qui m'ont été quasiment donnés. Mais je n'en ai pas la force. Il me suffirait de faire pivoter la vieille chaise au dossier instable et inutile et faire un pas pour le vérifier. Mais si j'étais déçue? Et si je m'en foutais? En attendant, mes nouveaux écouteurs me font mal aux oreilles, à la droite plus précisément, alors je pose un bandeau de coton plié en quatre entre l'oreille et l'écouteur, j'entends donc moins bien mais l'oreille me fait moins souffrir. Du coup, je n'écoute même pas de musique, j'oublie. Le genoux droit me lance aussi, je suis mal assise, le plateau du secrétaire est trop bas, et je n'arrive plus non plus à me tenir droite. Je fume par-dessus une bronchite naissante qui me brûle quelque peu les poumons. J'ai eu 38 ans. Et je ne fais absolument rien de mes journées, ou presque. Je pense. Et j'observe mon fils et j'endure je ne sais plus trop quoi. Amen.

Ce jeudi 29 décembre 2011

rien pour tout

deux jours à tirer avant un autre jour. si j'étais raisonnable, à l'heure qu'il est je serais effondrée. je ne bouge quasiment plus que du lit à la chaise, de la chaise au lit comme les p'tits vieux de tu sais qui. je le dis bien haut et fort afin que la Toile entière m'entende. elle est morte la bête mais elle cause encore. il me faut encore un petit peu de foi. enfoncer un peu plus profondément la couleuvre. je n'attends rien d'autre que tout ou rien. je vis comme à l'asile chez moi. je ne respire plus qu'à peine. et mon p'tit me réveille parce qu'il a l'impression que je suis morte quand je dors. au secours bon Jésus. au secours. tu es là mais je ne me sens plus. il ne me reste plus d'esprit que des os. 

Ce mercredi 28 septembre 2011

deux poches cousues

si nous ne faisons pas l'amour c'est bien que je t'aime trop
je t'ai toujours connu
notre extase plus que sublime confondue à la Lumière
nous ferait mal, peut-être
au-delà de la mort, la vie humaine semble superflue...
tu es mon am-i des chansons de Toile
un cordonnier et une bergère c'est trop sérieux pour ne pas changer le monde
tu vois mes mots cousus de fil blanc
que ne disent-ils
que devineraient les autres qui ne vivent pas au rythme de l'éternelle morsure
ah comme j'aurais bien souffert de n'appartenir qu'à un ciel
qu'à ses bleus
qui attraperait cet invisible nuage?...
tu es plus grand que tous les autres
car...
sans fièvre tu as su toucher le coeur du coeur
le saint des saints sur lequel l'enfant pose sa main
que peut l'amour d'un homme contre l'amour

...

mon dieu mes rêves...
ha
mes rêves...
sont plus beaux que le réel
et pas aussi beaux que la vérité
rare sera ma vie

Ce jeudi 7 avril 2011

hahahahaha

c'est l'histoire, la bonne blague, d'un tel qui ferme la porte au nez d'un autre..
et s'enferme lui-même tandis que l'autre demeure à l'air libre.
ma parole, il y a trop de tricheurs dans l'existence
regardons cela comme un bien, cela laisse tellement peu de marge d'erreurs de rencontrer les vaillants

et leur présence rare, unique, authentique et majestueuse. simple quoi.

- page 1 de 67